Le M.U.R Dijon

Une galerie à ciel ouvert au coeur de Dijon

Un musée en plein air, une galerie ouverte à tous qui se métamorphose directement sous les yeux des passants, ayant pour ambition de fracturer la frontière invisible qui sépare le public de l’art. Ce projet audacieux se cristallise sous l’appellation du M.U.R (pour Modulable, Urbain, Réactif) et est représenté par un support de 7 x 4 mètres situé au cœur du centre ville de Dijon, au carrefour de la rue Jean-Jacques Rousseau et de la rue d’Assas. 

Tous les trois mois, un artiste invité prend possession de cette surface d’exposition afin d’y réaliser une œuvre éphémère et inédite, une création réalisée en toute liberté qui est le fruit de techniques artistiques variées. Un vecteur qui ouvre de nouveaux horizons, qui questionne et accroche le regard des promeneurs afin de les sensibiliser à cette forme d’expression. Le M.U.R. fait peau neuve régulièrement mais la volonté qui l’anime reste la même : faire la part belle à l’art contemporain urbain sous toutes ses formes. Les artistes sélectionnés proviennent de divers horizons et sont aussi bien régionaux que nationaux ou internationaux. Ils ont pour point commun leur singularité, leur identité forte. Ils excellent dans diverses disciplines, du pochoir au graffiti, du figuratif à l’abstrait, du néo pop au pixelisme.

Chaque nouvelle performance artistique est mise à l’honneur lors d’un vernissage dans l’un des bars du quartier, mais également au travers d’ateliers, d’expositions autour du travail de chaque artiste et de balades urbaines à destination des scolaires.

Le M.U.R de Dijon s’inspire de celui créé à Paris en 2007, qui a donné naissance à des dispositifs similaires un peu partout en France.

Après Speedy GraphitoBaultStom500, Bom.K et Dire 132, c'est au tour de Poch de prendre possession du M.U.R.

Ce projet est porté par l’association Zutique Productions ainsi qu’un collectif d’artistes dijonnais composé d’RNST, Bretzel Film, Vizualistic et les Éditions Inencadrable, en collaboration avec la Ville de Dijon.
 
 
 

LES PROCHAINS RENDEZ-VOUS :

Du mardi 8 au dimanche 13 octobre :
Performance graphique par Poch

Dimanche 13 octobre :
17h : VERNISSAGE DU M.U.R (La Ferronnerie, 2 rue Auguste Comte)
DJ set par Mr Choubi et St Amour, vente de sérigraphies et petite restauration sur place.

Cette résidence est organisée dans le cadre du festival d'art urbain Banana Pschit !!! porté par le collectif du M.U.R Dijon, qui se déroulera du 10 au 25 octobre 2019.

Galerie photos

© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film
© Bretzel Film

Vidéo(s)

Documentation

POCH

BIOGRAPHIE DE POCH

Depuis ses 14 ans, Patrice Poch gravite dans l’univers punk-rock : Harrington et Doc Martens, guitares saturées et concerts énervés. Culture « do it yourself » et appropriation de la rue, il s’interèsse très vite au pochoir et réalise ses premiers « bombages » dès 1988. Fin 80’s, il découvre le mouvement hip hop et le graffiti. Autodidacte, il s’investit alors dans cette nouvelle pratique et multiplie à un rythme quasi stakhanoviste les peintures sur les murs et les trains franciliens. À cette époque, l’Europe est alors le terrain de jeu d’une « internationale » du graffiti. Il voyage, se confronte à d’autres cultures et d’autres artistes.

À la fin des années 90, il opte pour un travail plus minimaliste. Privilégiant d’autres médiums, il multiplie logotypes à l’acrylique, collages in situ, pochoirs et affiches. Les références et les citations de ses interventions dans la rue sont influencées par l’imagerie punk rock. début des années 2000, il prend le parti d’une représentation de personnages à taille réelle, ouvrant un dialogue et une interaction avec le spectateur. Anachroniques, les figures qu’il représente sont les acteurs d’une scène punk 80’s dont la rue est le décor, propice à toutes les errances. Fidèle aux codes iconographiques chers à ses jeunes années, il idéalise les instantanés d’une époque révolue.

 

MR CHOUBI ET ST AMOUR

Nourrie par une passion commune pour la musique des réclames allemandes des années 70, l’emploi intempestif de la flûte traversière dans les films de Bruce Lee et le formica, la complicité entre Mr Choubi et St Amour culmine dans les instants de grâce apéritive qui périclitent les dimanches avachis, entre la poire et la poire. Marmitons d’une déjà légendaire quoique balbutiante série de mixtapes suggestives en fausses k7, ces deux sybarites maitrisent également le trait et la couleur : Mr Choubi croque les mites presqu’aussi bien qu’Edika, tandis que St Amour utiliserait la même lotion capillaire que Banksy. Darons en poire, leur empilage sonore de broc et de Schnock invite parfois à la fanfaronnade, au point d’imaginer paver le MUR de son. Of a beach, naturellement.

 

      

      

Dire 132

BIOGRAPHIE DE DIRE 132

Dire 132 peint des femmes, sensuelles, qu’il voit comme des énigmes envoûtantes sur lesquelles méditer. Sa passion de longue date pour le dessin, développée avec le graffiti depuis la fin des années 90, l’a progressivement conduit à développer son style à travers des portraits hyper réalistes. Sa maîtrise impressionnante de la bombe aérosol qu’il manie comme un crayon caractérise ses créations, qu’il réalise sur murs ou sur toile. Derrière les traits réguliers de ses modèles, sa peinture est militante et nourrit la réflexion sur la place des femmes dans la société.

   

  

BOM.K

 

BIOGRAPHIE DE BOM.K

Né en banlieue parisienne, Bom.K tombe dans le graffiti à 17 ans. Sous l’influence des pionniers de l’époque, il s’initie à la grammaire du mouvement sur les murs, les terrains vagues et les trains de son quartier. En 1999, il fonde avec Iso le collectif Da Mental Vaporz et commence à produire un graffiti plus personnel et intimiste. Chambres d’isolement capitonnées, barres de bétons cauchemardesques, B.boy décharnés à la mine patibulaire.

L’univers d’une précision extrême qu’il développe sur fresques immenses est à l’image de son monde : brut, sale, violent, périurbain. Depuis, Bom.K étoffe son bestiaire infernal et multiplie les expériences artistiques hors friches industrielles. Il réalise ses premières expositions (Paris, Danemark, Los Angeles, Berlin…), publie un livre d’illustration remarqué, crée statuettes, prints et affiches qu’il sème tout autour de lui.

 

BOM.K EN QUELQUES DATES

1999 : Création du groupe Da Mental Vaporz avec Iso et Kan2007 : Publication de son livre « HB Blacktrace »

2013 : Première exposition personnelle « Vertiges et Somnolences », Galerie Itinerrance, Paris

2014 : Exposition « Confusions », Known Gallery, Los Angeles2014 : Exposition collective des DMV « The Wall », BC Gallery, Berlin

2015 : Participation à la Moniker Art Fair, Londres et réalisation d’un mur à Brick Lane

2017 : Nouvelle exposition personnelle « Effets secondaires », Galerie Itinerrance, Paris. Réalisation d’un mur de 30 mètres de hauteur sur le Boulevard Vincent Auriol dans le 13ème arrondissement pour le projet Street Art 13.

 

JOEY "CARJACK" ZACHARY

Joey achète ses premiers vinyles en 1994 et se passionne pour le mix début 96. Il commence à se produire dans des lieux underground, jouant de la house et une techno orientée US. En 2000, il se tourne vers le hip-hop et se passionne pour le jazz, la funk l'afrobeat ou le reggae et les pépites en tout genre. Il commence bien vite à jouer dans de multiples lieux dijonnais et est souvent le DJ officiel des events hip-hop de la région. Il aime faire des sets éclectiques aux couleurs de son émission Mellow-Man-Mind, à retrouver tous les jeudi sur Radio Dijon Campus.

En savoir +

 


            

Stom 500

BIOGRAPHIE DE STOM 500

Stom 500 a commencé à dessiner lorsqu’il était gosse et ce plaisir de tenir un crayon ou aujourd’hui le spray ne l’a jamais quitté. Artiste, illustrateur ou encore artiste graffiti, ce strasbourgeois n’a pas de supports de prédilection mais juste la passion de pousser sa technique et ses outils le plus loin possible. Stom 500 est un accro des détails dont le trait s’inspire simplement de ses cartoons préférés ou de son quotidien : un week-end à la campagne ou un bon album de musique sont des sources d’inspiration évidentes. Ses scènes burlesques nous racontent des histoires portées par un style graphique percutant, dynamique et très coloré. Un entremêlement de personnages, d’animaux et autres objets surgissant les uns des autres, découpés et mixés de manière improbable.

Un homme de partage qui se nourrit aussi des rencontres faites à chaque event, avec des personnes aussi passionnées que lui, qui alimentent ses réflexions, font évoluer sa manière de voir son métier et le graffiti aujourd’hui. Compléter son travail par des moments de vie, c’est comme ça que Stom 500 fonctionne !

 

STOM 500 EN QUELQUES DATES

EXPOSITIONS

Solo show « In the box » | Galerie Loft du 34, Paris (2018)
Urban Art Fair | Le Carreau du Temple, Paris (2018)
Ça peinturlure | Galerie Loft du 34, Paris (2017)
Vitamine | Galerie Loft du 34, Paris (2017)
Graffalgar, peinture d’une chambre d’hôtel | Strasbourg (2013)
This is Pshit | Paris (2012)

FESTIVALS

Colorama Street art festival | Biarritz (2018) Festival
Caps Attack | Cergy (2017)
Festival Underground Effect #3 | La Défense, Paris (2017)

 

JOEY "CARJACK" ZACHARY

Joey achète ses premiers vinyles en 1994 et se passionne pour le mix début 96. Il commence à se produire dans des lieux underground, jouant de la house et une techno orientée US. En 2000, il se tourne vers le hip-hop et se passionne pour le jazz, la funk l'afrobeat ou le reggae et les pépites en tout genre. Il commence bien vite à jouer dans de multiples lieux dijonnais et est souvent le DJ officiel des events hip-hop de la région. Il aime faire des sets éclectiques aux couleurs de son émission Mellow-Man-Mind, à retrouver tous les jeudi sur Radio Dijon Campus.

En savoir +

 


                                

BAULT


BIOGRAPHIE DE BAULT

Liberté. Sept lettres qui semblent être le vecteur de l’art de Bault.
Diplômé des Arts décoratifs de Strasbourg, l’Aveyronnais se sert de sa connaissance académique afin de se jouer des codes de l’art traditionnel. Il pourrait s’inscrire dans la mouvance de l’art brut en produisant des créatures hybrides sorties de son imagination à l’apparence simpliste, mais à y regarder de plus près, le tracé est précis et les détails sont soignés. Alors bienvenu au sein de son cabinet de curiosités, peuplé de monstres unijambistes, de bipèdes menaçants, de mammifères à quatre yeux, cinq bras et dix pattes.

Sur toile comme sur mur, Bault porte un art instinctif dénué d’idées préconçues, une représentation du monde unique et en constante évolution. Une dynamique que l’artiste cultive dans sa vie professionnelle : s’il commence le graffiti en 1997, il se consacre en parallèle à la vidéo jusqu’en 2011. C’est en 2013 qu’il fait ses premiers pas en galeries, au Cabinet d’amateur à Paris. Il renoue alors avec ses croquis fantasques, sa peinture acrylique et ses bombes, pour donner vie à des toiles aux lectures multiples et au fort impact visuel, où la bestiole n’est peut-être finalement qu’une représentation plus ludique de l’humain et de ses multiples personnalités.

Après avoir participé à l’événement bordelais Transfert #6, Bault se rend à Haïti où il crée de nouvelles œuvres en volume sur bois. Il mènera ensuite à bien deux solo shows, présentés à la galerie londonienne Unit 5, et à la galerie montpelliéraine Nicolas Xavier.

BAULT EN QUELQUES DATES

GALERIES

Galerie Artistik Rezo, Paris (FR)
Le Cabinet d’amateur, Paris (FR)
Galerie Nicolas-Xavier, Montpellier, (FR)
Cox Galerie, Bordeaux, (FR)

PRINCIPALES PUBLICATIONS

Stuart Magazine N°4 | 2017
69 Universal Langage | Opus Délits, 2017
Dessiner/peindre/faire | Pyramyd, 2016
Vis-à-vis (cat.) | Le Cabinet d’amateur, 2015
Black and White (cat.) | Opera Gallery, 2011

DERNIÈRES EXPOSITIONS 2017

Solo Show “Master Piece” | Le Cabinet d’Amateur, Paris (FR)
Monikler Art Fair (coll.) | Cox Gallery, Londres (FR)
13 Art Fair | Solo show Cox Gallery, Paris (FR)
Solo Show | Cox Gallery, Bordeaux (FR)
Manifeste Urbain (coll.) | La Lune en Parachute, Epinal (FR)
Solo Show “Papiers Gras” | Artistik Rezo, Paris (FR)
Urban Art Fair (coll.) | Artistik Rézo, Paris (FR)

2016

Solo Show | Unit 5, Londres (GB)
Solo Show | Galerie Nicolas-Xavier, Montpellier (Paris)
Transfert #6 (coll.) | Bordeaux (FR)
Don’t Play With My Art (coll.) | Galerie Nicolas-Xavier, Montpellier (FR)


POINTBREAK GOES LIVE

Le jazz ? C'est pas grave. Surtout quand il a reçu des éclats de voix, de groove, de soul ou encore de syncope ay-la-papy-latino, ça passe tout seul. Pour le vernissage de la deuxième résidence du M.U.R., Badneighbour laisse tranquille les diagonales radiophoniques de ses PointBreak. Il distribue en live, droit comme un Saint-Nicolas, des petites pépites d’apéro-Bop, du jazz Black frelaté, quelques beats hip et autres secousses hop bien frappés. Parfait pour accompagner un Pontarlier sans sucre ou une Suze tonic. Pour les buveurs de bière, il y aura aussi du Sinatra.

SPEEDY GRAPHITO

BIOGRAPHIE DE SPEEDY GRAPHITO

Depuis ses fresques colorées qui ont enchanté les murs de Paris aux débuts des années 80, sa peinture n’a jamais cessé d’évoluer. Ses toiles s’exposent à travers le monde au sein de nombreuses expositions qui lui sont consacrées. Son style original et percutant reste sa marque de fabrique. 

Speedy Graphito produit de l’Art. Aussi prolifique qu’inventif, il utilise toutes les formes d’expression - peinture, sculpture, installation, photo ou vidéo, pour créer à travers son œuvre et au fil des époques un langage universel imprégné de l’air du temps. Aujourd’hui, il fait figure d’icône et son influence sur les nouvelles générations d’artistes ainsi que sur le paysage culturel actuel n’est plus à prouver.

C’est la commande de l’affiche pour « La Ruée vers l’Art » en 1985 par le Ministère de la Culture qui lui confère aussitôt une large reconnaissance et une notoriété grand public. 

S’ensuivront l’animation des tours de la Défense pour le concert de JM Jarre - l’identité graphique extérieure de la Halle Saint Pierre - la création du logo de la mission spatiale Altaïr dont le dessin est encore quelque part dans l’espace intergalactique - la peinture de la péniche Europodyssée qui rejoint via les canaux Paris à Moscou, des voiles d’un catamaran pour une traversée de l’Atlantique en solitaire, et des murs de Paris le long du Parcours de la Bièvre…

 

SPEEDY GRAPHITO EN QUELQUES DATES

1975 - 1980 : Décors de théâtre pour la « Lyrique » de l’Isle-Adam
1975 - 1978 : Etudes au lycée d’arts appliqués « Rue madame » Paris
1978 - 1980 : Etudes supérieures à l’école « Estienne » Paris
1983 : Premier mur peint
1984 : Première exposition en galerie
1985 : Création de l’affiche pour « LA RUÉE VERS L’ART » Ministère de la Culture
1987 : « YOU ARE THE WORLD » Création d’une ligne de T-shirts SPEEDY GRAPHITO
            « SPEEDO » Création du journal des fans de Speedy
1989 : Projections pour le concert de J.M. Jarre à La Défense
1993 : Création de l’emblème de la mission spatiale ALTAÏR  C.N.E.S.
          Création de l’identité visuelle de « LA HALLE SAINT-PIERRE », Paris
2014 : « Ainsi soit Lapinture » Co-réalisation du film documentaire long métrage
2015 : « La plus grande Fresque d’Europe » Festival International de Street Art – Evry